French Court Expands “Right to be Forgotten” Beyond Europe

1674586821_487642df27[1]Europe's censorship law has been causing any number of difficulties for European search engines ever since a ruling by the European Court of Justice confirmed the "right to be forgotten" in May, and now the problems have spread internationally.A recent court ruling in France finds Google's French subsidiary being penalized for the actions of its US-based parent. From The Guardian:

Google’s French subsidiary has been ordered to pay daily fines of €1,000 unless links to a defamatory article are removed from the parent company’s entire global network.

The punitive judgment by the Paris Tribunal de Grande Instance, based on the controversial right to be forgotten online established by the European Court of Justice, breaks new ground in making the subsidiary liable for the activities of its parent company – in this case Google Inc.

The court handed down the ruling in September but it has barely been reported reported outside France. At one level, the decision represents a pioneering attempt by a European court to enforce its order of justice on the internet worldwide.

The case was brought by Dan Shefet, a Danish lawyer who works in France. Shefet says that he and his law firm had been the subject of a defamation campaign. He filed for Google to remove search results which led to blog posts and sites related to the supposed campaign, which Google did for its Google.fr search engine.

12069086054_12dc96b3ac[1]

According to The Guardian, Shefet sued Google last year. "We obtained a court order on August 6 2013 from the court in Paris enjoining both Google France and Google Inc to cease referencing the URLs in question," Shefet explained.  "Google France complied, but in spite of serving judgment on Google Inc nothing happened. They simply didn't comply and didn't even respond to the French court order."

It's not clear to me how he sued Google in 2013 without any news site noticing that this individual was censoring Google, but that is what several sources are reporting (including in French and Danish).

Do you know what's also not clear to me? Why this would be covered under the "right to be forgotten". That is for personal info, not professional, and arguably does not apply in circumstances where someone is targeting a law firm with a smear campaign.

Following the May ruling, Shefet sued Google again earlier this year and got a ruling which fined Google France for the actions of its parent company.

At the time of the ruling in September, it was reported that Google had received 135 thousand requests to remove links relating to 470 thousand individual pages. Google has declined around 60% of the requests on the grounds that they related to professional rather than private life, but as the search engine giant has been getting a thousand requests per day the number of censored links is growing.

A Google spokesperson said: "This was initially a defamation case and it began before the CJEU ruling on the right to be forgotten. We are reviewing the ruling and considering our options. More broadly, the right to be forgotten raises some difficult issues and so we’re seeking advice – both from data protection authorities and via our Advisory Council – on the principles we should apply when making these difficult decisions."

I thought that this legal concept was a terrible idea when I reported on it in May, and my opinion hasn't changed in the intervening months.

A right to be forgotten is a right to censor. While it is now in the hands of the individual and is only limited to search results, it is a safe bet that the right will be expanded, and eventually come under control of the State.

1984, anyone?

images by Cédric PuisneyJason Rosenberg

About Nate Hoffelder (11579 Articles)
Nate Hoffelder is the founder and editor of The Digital Reader:"I've been into reading ebooks since forever, but I only got my first ereader in July 2007. Everything quickly spiraled out of control from there. Before I started this blog in January 2010 I covered ebooks, ebook readers, and digital publishing for about 2 years as a part of MobileRead Forums. It's a great community, and being a member is a joy. But I thought I could make something out of how I covered the news for MobileRead, so I started this blog."

1 Comment on French Court Expands “Right to be Forgotten” Beyond Europe

  1. We have studied your blog with great interest including the coverage of our case against Google before the TGI of Paris ( September 16th).

    As you may know already pursuant to this case we have taken the initiative to form an association the purpose of which is to introduce regulatory measures by way of a European Directive allowing victims of defamation to obtain swift protection of their integrity.

    Below details on our Modus Operandi:

    The Association seeks to offer help and protection to individuals who have fallen victim to defamation disseminated over the internet.

    The Association will publish case stories received from victims on its dedicated site and publish Google”’ s and other search engines’ response ( reaction) to their complaints in complete transparency.

    On a monthly basis ” White Papers” will be produced and circulated to public figures, politicians ( at the European as well as at the member state level ), the media and Data Protection Agencies throughout Europe.

    The Association shall seek NGO status with the Commission and the European Parliament and elaborate concrete policy proposals.

    The first such concrete proposal is clear and simple:

    Anyone who is (subject to prima facie justification) the object of a factual claim made on the web the nature of which is damaging to his reputation, will have the right to claim that both the search engine and the host remove said factual information within 10 days of receipt of a request to that effect from the victim concerned unless the author provides evidence of the veracity of the information to the search engine and or the host with a copy to the complainant within said time frame. Daily penalties against the search engine and the host will apply in the event of non-compliance.

    The right to entertain and publish opinions and “convictions” is not affected .

    “Factual information” is defined as information which may be verified or falsified against objective data.

    Special rules apply to public figures.

    In case of doubt concerning the conclusiveness of the evidence produced, this question ( and only this question ) will be decided before specialized tribunals or administrative bodies by way of a fast track written procedure. During this time the contentious information will not be accessible.
    The burden of proof is on the author of the factual information – not on the victim. The benefit of doubt will be in the victim”’ s favor.

    The Association will reserve its right not to publish a case and circulate it if a given case story is not unanimously approved by the Board.

    The Association does not wish to protect or promote the interests of parties who are not true victims and whose bona fide status as victims of defamation may reasonably be brought into question.

    It is not the intention of the Association to be a tribunal, but it is also not the intention to protect individuals, who –in the Board’s unanimous opinion- do not deserve such protection.

    Such individuals naturally have every right to approach the courts and obtain satisfaction through the normal judiciary.

    It is also not the Association’s intention to promote the right to be forgotten as far as factual, but irrelevant information is concerned.
    The Board wishes to restrict its scope of intervention to the protection of true defamation victims.

    Once the regulatory measures proposed by the Association have been implemented in some shape or form the Association will have fulfilled its mission and may be dissolved.

    We do not wish to be opposed to Google or any other search engine. We are confident that they share our values and will work with us and not against us to protect human integrity just like human
    creativity through IP legislation is generally accepted as worthy of protection.

    In particular the Association has no intention to fight or unfairly restrict Google” s activities or those of any other search engine. We admire Google for their intellectual achievements and attainment of excellence in so many regards.

    We firmly believe that corporate decision makers will understand our objectives and seek to work with us in striking the necessary balance between freedom of speech and protection of the individual.

    We also believe that once the extent of the problem is understood at a human level, the solutions will be much easier to implement and that common sense and fairness will prevail.

    Below please find the charter of the Association.

    Please let us know whether we shall provide you with an English translation.

    > ID
    >
    > (L’Association Européenne des Victimes sur l’Internet de Diffamation)
    >
    >
    > (The European Association of Victims of Internet Defamation)
    >
    >
    >
    > Association Loi 1901
    >
    >
    >
    >
    >
    >
    >
    > Statuts
    >
    >
    > Les soussignés,
    >
    >
    > – Dénomination, raison sociale, siège, n° et lieu d’immatriculation, représentant de chacun des membres fondateurs
    >
    > Dan Shefet – 27, rue la Boëtie – 75008 Paris
    >
    > Ruben Ifrah – 27, rue la Boëtie – 75008 Paris
    >
    > Gilles Bressand – 1, rue de la Neva – 75008 Paris
    >
    > Ci-après dénommés les Membres fondateurs
    >
    >
    >
    >
    > désirant créer entre eux une association, ont établi les statuts suivants
    >
    >
    >
    >
    > Article 1 – Forme
    >
    > Il est formé entre les soussignés une association, régie par les principes généraux du droit applicable aux contrats et obligations, par la Loi du 1er Juillet 1901 et le Décret du 16 Août 1901, ainsi que par les présents statuts.
    >
    > Article 2 – Objet – réalisation de l’objet
    >
    > L’Association qui considère l’intégrité de l’identité humaine comme un droit fondamental de l’homme, de sa vie privée et de ses libertés individuelles, a pour objet en France et dans tout autre pays :
    >
    > La défense des victimes de diffamation sur l’internet par la collecte de cas et leur publication sur le site de l’Association et par diffusion directe aux organismes d’État des différents membres de l’Union Européenne en charge de veiller à la protection des données personnelle, par diffusion aux leaders d’opinion, hommes politiques et media. L’Association a également pour objectif d’obtenir le statut d’ONG afin de contribuer à l’amélioration des législations communautaires dans le domaine de la protection des individus,
    >
    >
    > L’Association dispose de tous les moyens d’actions nécessaires à la réalisation de l’objet susvisé.
    >
    > Article 3 – Durée
    >
    > L’Association a une durée de vie illimitée, ce à compter de sa déclaration préalable effectuée auprès soit de la préfecture du département, soit la sous-préfecture de l’arrondissement où l’Association a son siège social conformément à l’article 5 de la Loi du 1er Juillet 1901.
    >
    > Article 4 – Dénomination
    >
    > L’association a pour dénomination : A.V.D.I. – Association des Victimes de Diffamation sur Internet.
    >
    > Article 5 – Siège
    >
    > Le siège de l’association est fixé au : 27, rue la Boetie 75008 Paris
    >
    > Il pourra être transféré en tout autre lieu par décision de l’Assemblée Générale Extraordinaire.
    >
    > Article 6 – Ressources
    >
    > Les ressources dont bénéficie l’Association sont les suivantes :
    >
    > – les cotisations acquittées par les membres de l’Association : celles-ci sont fixées chaque année pour chacune des catégories de membres,
    >
    > – les capitaux provenant des économies réalisées sur le budget annuel de l’Association,
    >
    > – les dons manuels,
    >
    > – les dons des établissements d’utilité publique,
    >
    > – les subventions susceptibles d’être accordées par l’Etat, la Région, le Département, la Commune et leurs établissements publics et des institutions diverses,
    >
    > – les intérêts et revenus des biens et valeurs appartenant à l’Association,
    >
    > – le produit de manifestations, – et toutes autres ressources ou subventions qui ne seraient pas contraires aux dispositions légales en vigueur.
    >
    > Article 7 – Cotisations
    >
    > Les cotisations sont payables par les membres de l’Association dans le mois de leur admission, puis chaque année en début d’exercice selon les modalités prévues au règlement intérieur. Les cotisations sont indexées sur l’indice Syntec.
    >
    > Chaque année, l’Assemblée Générale Ordinaire qui détermine le montant de la cotisation, peut décider d’une augmentation supplémentaire, sur proposition du Conseil syndical.
    >
    > Chaque exercice court du 1er Janvier au 31 décembre, sauf le premier exercice qui court de la date de création l’Association au 31 décembre 2015.
    >
    > Toute personne qui perd sa qualité de membre en cours d’année, ne peut prétendre au remboursement, même partiel de sa cotisation annuelle ni, a fortiori, au paiement d’aucune indemnité.
    >
    > L’admission d’un membre dans le cours d’un exercice et jusqu’au 31 Juillet entraîne l’obligation pour ce dernier de s’acquitter de l’intégralité de la cotisation annuelle. Lorsque l’admission intervient à compter du 1er Août, le nouveau membre devra s’acquitter d’une somme égale à 50% du montant de la cotisation annuelle.
    >
    > Article 8 – Composition
    >
    > 8.1. Les membres de l’Association
    >
    > L’Association est composée des membres suivants :
    >
    > – les membres fondateurs : il s’agit des personnes morales ou Physiques suivantes : Dan Shefet – 27, rue la Boëtie – 75008 Paris
    >
    > Ruben Ifrah – 27, rue la Boëtie – 75008 Paris
    >
    > Gilles Bressand – 1, rue de la Neva – 75008 Paris
    >
    >
    > – les membres adhérents : il s’agit de toutes personnes, physiques ou morales, se considérant victime de diffamation sur l’internet ou ayant un intérët de promouvoir les activités de l’Association ; les membres d’honneur, lesquels acquièrent cette qualité par décision du Conseil syndical sur proposition du Bureau, en raison de services importants rendus à l’Association ou d’actions visant aux mêmes buts que ceux poursuivis par l’Association. Ils n’ont pas voix délibérative aux assemblées générales et ne sont pas tenus d’acquitter une cotisation.
    > 8.2. Admission
    >
    > L’admission des membres est prononcée par le Conseil syndical qui statue, de façon discrétionnaire, à la majorité des 3/4 sur chaque demande qui lui aura été adressée par écrit.
    >
    > Chaque membre admis prend l’engagement préalable de respecter les présents statuts ainsi que le règlement intérieur qui lui sont communiqués à son entrée dans l’Association.
    >
    > 8.3. Perte de la qualité de membre
    >
    > Les membres de l’Association peuvent perdre leur qualité de membres dans les hypothèses suivantes :
    >
    > démission ou retrait adressée par lettre recommandée avec accusé de réception, au Bureau de l’Association avant le début de l’exercice ;cessation des activités requises pour être admis comme membre adhérent ; – défaut de paiement de la cotisation annuelle après mise en demeure restée infructueuse suivie de la décision de radiation dudit membre prise par le Bureau du Conseil syndical ;
    >
    > – décision d’exclusion pour motif(s) grave(s) tel(s) que infraction(s) aux présents statuts et/ou au règlement intérieur : cette décision, prise par le Bureau du Conseil syndical après avoir entendu l’intéressé lui sera notifiée par lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de 8 jours à compter de ladite décision.
    >
    > Article 9 – Le Conseil syndical
    >
    > 9.1. Composition du Conseil syndical
    >
    > Le Conseil syndical est composé d’au moins 6 personnes, et d’au plus 12 personnes renouvelables dans leur fonction et nommées pour une durée de deux (2) ans par l’Assemblée Générale Ordinaire.
    >
    > Le Conseil syndical doit être constitué au moins de la moitié des membres fondateurs visés à l’article 8.1. ci-dessus.
    >
    > Les membres fondateurs sont membres de droit du Conseil syndical.
    >
    > Par dérogation à ce qui précède, le premier Conseil syndical sera composé des 8 membres fondateurs visés à l’article 8.1. ci-dessus.
    >
    > Les administrateurs, personnes morales, sont tenus lors de leur nomination de désigner un représentant permanent. Ce mandat de représentant permanent lui est donné pour la durée de celui de la personne morale qu’il représente ; il doit être renouvelé à chaque renouvellement de mandat de celle-ci.
    >
    > Lorsque la personne morale révoque son représentant, elle est tenue de notifier cette révocation à la Société, sans délai, par lettre recommandée adressée ou remise en mains propres au Président du Conseil syndical et de désigner un nouveau représentant permanent ; il en est de même en cas de décès ou de démission du représentant permanent.
    >
    > En cas de vacances (décès, incapacité ou indisponibilité supérieure à 6 mois), le Conseil syndical pourvoit provisoirement au remplacement du ou des membres défaillants en respectant la répartition susvisée. Cette cooptation doit être soumise à la ratification de la plus prochaine assemblée générale. Les administrateurs nommés dans ces circonstances, exercent leurs fonctions jusqu’à la date à laquelle devait expirer le mandat du ou des membres remplacés.
    >
    > 9.2.1. Réunions du Conseil syndical
    >
    > Le Conseil syndical se réunit une fois par mois sur dix mois, sur convocation par tout moyen de son Président ou sur demande de trois de ses membres.
    >
    > Sous réserve des dispositions des articles 8.2. et 10.1., les décisions sont prises à la majorité des voix. En cas de partage, la voix du Président est prépondérante.
    >
    > Lorsque l’ordre du jour le requiert, le Conseil syndical peut inviter des Présidents de Commission pour exposer leur point de vue sur un point donné.
    >
    > 9.3. Pouvoirs du Conseil syndical
    >
    > 9.3.1. Principe
    >
    > Le Conseil syndical détermine les orientations et les actions à mener dans le cadre de l’objet de l’Association. Il prépare les dossiers et décisions qui seront soumises au vote de l’assemblée générale.
    >
    > Sous réserve des pouvoirs expressément attribués aux assemblées générales et dans la limite de l’objet, il se saisit de toute question intéressant la bonne marche de l’Association et règle par ses délibérations les affaires qui la concernent.
    >
    > 9.3.2. Représentation du Conseil syndical
    >
    > Le Président représente le Conseil d’Administration. Il organise en collaboration avec les Vices Présidents et dirige les travaux de celui-ci, dont il rend compte à l’assemblée générale et exécute ses décisions. Il veille au bon fonctionnement des organes de l’Association et s’assure, en particulier, que les administrateurs sont en mesure de remplir leur mission.
    >
    > Article 10 – Le bureau
    >
    > 10.1. Composition du Bureau
    >
    > Le Conseil syndical choisit à bulletin secret, parmi les administrateurs, les personnes composant le Bureau, à savoir :
    >
    > – Le Président,
    >
    > – Le cas échéant, un ou plusieurs Vice-Présidents,
    >
    > – Le Secrétaire général,
    >
    > – Un trésorier.
    >
    > Le renouvellement du Bureau a lieu tous les deux ans immédiatement, le cas échéant, après la nomination de nouveaux membres du Conseil syndical. Les membres du Bureau sont rééligibles. Ils sont également révocables ad nutum par décision du Conseil syndical statuant à la majorité des 3/4.
    >
    > Les membres du Bureau et du Conseil syndical ne peuvent recevoir aucune rétribution à raison des fonctions qui leur sont conférées à ce titre, sauf décision prise à la majorité absolue du Conseil syndical.
    >
    > 10.2. Réunions du Bureau
    >
    > Le Bureau se réunit à la demande d’au moins un membre sur convocation par tout moyen adressé au Président du Conseil d’administration avec un préavis de 5 jours. Les réunions peuvent avoir lieu par tout moyen (téléphone, internet, réunion personnelle).
    >
    > Lorsque cela semble nécessaire, le Bureau peut inviter tout membre de l’Association à participer à des travaux où ils pourront exposer leur point de vue sur une problématique donnée.
    >
    > Article 11 – Le président
    >
    > Le Président est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de l’Association. Il a notamment la qualité pour ester en justice comme défendeur au nom de l’Association et comme demandeur avec l’autorisation du Bureau du Conseil syndical. Il peut former, dans les mêmes conditions, tous appels ou pouvoirs et consentir toutes transactions. Il gère les affaires courantes et le fonctionnement quotidien de l’Association. A ce titre, il procède à la nomination du personnel de l’Association, sous réserve de l’acceptation expresse du Bureau. Il élabore les différents dossiers soumis au Conseil syndical en collaboration avec les commissions mises en place à cet effet. Il représente l’Association dans ses rapports avec les tiers. Il exerce ces pouvoirs dans la limite de l’objet de l’Association et des orientations décidées soit par le Conseil syndical soit par l’Assemblée Générale et sous réserve de ceux attribués expressément à ces deux organes. Le Président, au nom du Conseil syndical, est chargé de remplir toutes les formalités de déclaration, publication et récépissé prescrite par la Loi du 1er Juillet 1901 et les articles 6 et 31 du décret du 16 Août 1901 et relatives tant à la création de l’Association qu’aux modifications qui y seraient régulièrement apportées par lui.
    >
    >
    >
    > Article 12 – Le secrétaire général
    >
    > Le Secrétaire général tient le registre spécial prévu à l’article 5 de la Loi du 1er Juillet 1901 et les articles 6 et 31 du décret du 16 Août 1901.
    >
    > Il assure l’exécution des formalités prescrites par lesdits articles. Article 13 – Le trésorier
    >
    > Le trésorier est chargé de tout ce qui concerne la gestion du patrimoine de l’Association. Il effectue les paiements et reçoit, sous la surveillance du Président, toutes sommes dues à l’Association. Il ne peut aliéner les valeurs constituant le fonds de réserve qu’avec l’autorisation expresse du Bureau du Conseil syndical.
    >
    > Il tient une comptabilité régulière de toutes les opérations par lui effectuées et rend compte à l’Assemblée Générale annuelle qui approuve s’il y a lieu, sa gestion.
    >
    > Article 14 – Les assemblées générales
    >
    > Les assemblées générales sont convoquées, par tout moyen, par le Président du Conseil syndical ou à défaut par au moins deux membres du Conseil syndical moyennant un délai de 15 jours.
    >
    > Lorsqu’elles sont régulièrement constituées, les assemblées générales représentent l’universalité des membres de l’Association.
    >
    > Dans la limite des pouvoirs qui leur sont conférés par les présents statuts, les décisions prises régulièrement par les assemblées obligent tous les membres de l’Association, y compris les absents. Les membres fondateurs bénéficient d’un droit de vote double.
    >
    > Les assemblées sont présidées par le Président du Conseil d’administration ou, en son absence, par un administrateur spécialement délégué à cet effet par le Conseil. Les délibérations des assemblées sont constatées par des procès-verbaux signés par le Président, le secrétaire de séance ainsi que deux scrutateurs désignés par les membres en début de séance. Les procès-verbaux constatent le nombre de membres présents ou représentés à l’assemblée auxquels sont annexés les pouvoirs donnés à chaque mandataire.
    >
    > 14.1. L’Assemblée Générale Ordinaire
    >
    > Chaque année dans le courant du premier semestre, les membres de l’Association sont convoqués en Assemblée Générale Ordinaire aux fins notamment – de statuer sur le bilan des activités de l’Association pour l’année écoulée aux vues d’un rapport établi par le Conseil syndical,
    >
    > – de voter le budget annuel pour l’année en cours,
    >
    > – de fixer le montant des cotisations annuelles,
    >
    > – de se prononcer sur les opérations à mener au nom et pour le compte des plateformes de diffusion et de distribution de musique digitale ainsi que sur les grandes orientations de l’Association
    >
    > – de procéder le cas échéant à la nomination et/ou au renouvellement des membres du Conseil syndical.
    >
    > Elle ne délibère valablement que si les membres, présents ou représentés, représentent au moins le quart de la totalité des membres de l’Association. Aucun quorum n’est requis sur deuxième convocation. Elle statue à la majorité des voix dont disposent les membres présents ou représentés.
    >
    > 14.2. L’Assemblée Générale Extraordinaire
    >
    > L’Assemblée Générale Extraordinaire statue sur toute décision pouvant modifier les statuts dans toutes leurs dispositions et décide notamment de la dissolution de l’Association. L’Assemblée Générale Extraordinaire ne peut délibérer valablement que si les membres présents ou représentés, représentent, sur première convocation, au moins le tiers de la totalité des membres de l’Association et, sur deuxième convocation, le quart de la totalité des membres. L’Assemblée Générale Extraordinaire statue à la majorité des deux tiers des membres présents ou représentés. Article 15 – Dissolution de l’Association
    >
    > La dissolution de l’Association peut être décidée par décision de l’Assemblée Générale Extraordinaire.
    >
    > Au cours de la même Assemblée, un ou plusieurs liquidateurs sont nommés, lesquels disposent des pouvoirs les plus étendus.
    >
    > Le cas échéant, l’actif est dévolu conformément aux dispositions de l’article 9 de la Loi du 1er Juillet 1901 et du Décret du 6 Août 1901.
    >
    > Article 16 – Règlement intérieur
    >
    > Il pourra être établi un règlement intérieur par le Bureau, ce règlement intérieur applicable à l’Association complètera les présents statuts.
    >
    > Ledit règlement, lequel déterminera en détail les conditions propres à assurer l’exécution des présents statuts ou les modalités d’accomplissement des opérations constituant l’objet de l’Association, sera soumis à l’approbation de l’Assemblée Générale Ordinaire pour pouvoir rentrer en vigueur.
    >
    > Article 17 – Attribution de compétence
    >
    > Le tribunal compétent pour toutes actions concernant l’Association est celui du siège de cette dernière.
    >
    >
    > Fait à Paris, en 3 exemplaires originaux
    >
    > Le 16 décembre 2014

Leave a comment

Your email address will not be published.


*